Un mot du directeur général - Novembre 2015

1 novembre 2015

Industrie des emballages en bois : enjeux et initiatives

Que se passe-t-il dans le marché mondial des palettes ?

Brian Isard

Des fabricants de palettes et de conteneurs du monde entier ont assisté à la 66e conférence de la FEFPEB 2015 le mois dernier, qui a été accueillie par la Timber Packaging and Pallet Confederation (TIMCON). Nous avons eu l'occasion de s'entretenir avec des associations représentant l'Asie, l'Afrique du Sud, l’Europe, le Royaume-Uni, l'Australie et les États-Unis.  Il est encourageant de voir tant d'entreprises se réunir pour travailler ensemble et faire preuve de leadership face aux questions face auxquelles sont confrontées nos industries.

Nous avons abordé le sujet des tendances suivantes qui affectent à notre industrie et les domaines dans lesquels nous devons travailler ensemble pour protéger nos marchés.

  • L'industrie des produits forestiers a fait un travail remarquable du côté de la durabilité, si bien que les gens associent désormais le bois avec une ressource renouvelable. La majeur partie du bois récolté et utilisé dans notre industrie est issu de forêts certifiées FSC ou PERC.  Cependant, l'industrie de l'emballage en bois doit s’aligner plus étroitement avec ce que le secteur des produits forestiers a accompli. En tant qu'industrie, nous devons en faire davantage pour améliorer notre image auprès de la reconnaissance publique de notre contribution précieuse à la recyclabilité, au stockage de carbone, et de notre faible consommation d'énergie.  Voilà le défi sur lequel l'Europe travaille avec leur Emballage par Nature, ainsi que l'Amérique du Nord avec la campagne Emballage écologique.
  • Notre secteur d’industrie, comme beaucoup d'autres, se trouve de plus en plus réglementé.  Un domaine qui préoccupe beaucoup dans notre industrie est la nouvelle réglementation sur l'emballage qui est en contact direct avec les aliments.  Les concurrents de matériaux alternatifs aiment décrire le bois comme étant plus difficile à nettoyer et à désinfecter que d'autres matériaux.  Notre industrie a besoin d'une plate-forme pour les questions concernant l'utilisation et les propriétés hygiéniques du bois.  SEIL, l'association qui représente les emballages légers en Europe, a publié une étude menée sur quatre ans et fondée sur des preuves appelée ‹‹ Bois en contact avec les aliments :  : une approche scientifique ››, qui démontre que le bois a de bonnes propriétés hygiéniques.  Une bonne qualité de fabrication, une bonne manipulation, et des traitements d’assainissement adéquats font sans aucun doute du bois un matériau approprié pour la plupart des pratiques dans les industries alimentaires.
  • Un deuxième domaine de plus en plus réglementé, à la fois en Europe et en Amérique du Nord, est le celui qu’on appelle « l’économie circulaire ».  Alors que notre économie est basée sur une approche « prenez -produisez-consommez et disposez » qui suppose que les ressources sont abondantes, disponibles, et peu couteuses à éliminer.   Dans une «économie plus circulaire», cela signifie « réutiliser, réparer, remettre à neuf et recycler », car toutes les ressources doivent être gérées plus efficacement. Le fait saillant qui nous a été démontré était que l'industrie des plastiques est en mesure de recycler seulement environ 25% de ses déchets, alors que l'industrie de l'emballage en bois frôle le 100%.  Pourtant, les palettes et les conteneurs en plastique sont en quelque sorte considérés comme étant plus écologiques.  Notre industrie a un problème d'image que nous travaillons fort à résoudre.
  • Les marchés mondiaux signalent une forte croissance dans le secteur du recyclage des palettes suite aux opérations des organisations qui fournissent la logistique autour du tri des palettes, de la récupération, du retour et de la réinstallation. Il y avait beaucoup de débats quant à savoir si en tant qu'industrie, nous pouvions échapper à l’emprise des mots ‹‹ palettes à usage unique ››, qui ne reflètent pas du tout le fait que la palette est recyclée après la première utilisation, pour les remplacer par ‹‹ palettes construites à cet effet ››.
  • La disponibilité du bois, qui est la pierre angulaire de notre capacité de fabrication, est en bonne provision sur les marchés mondiaux. Il y avait un grand accord qu’en tant qu’industrie, il est de notre devoir d’appuyer la gestion durable des forêts et les activités de reboisement.  Pouvons-nous imaginer ce qui arriverait à notre industrie si mondialement, nous ne pouvons pas compter sur des forêts saines ?
  • L’inspection manuelle/visuelle a longtemps été l'approche standard pour identifier les palettes de mauvaise qualité.  La recherche et le développement faits par les fabricants européens d'équipement a mené à l'introduction de la nouvelle technologie de balayage.  Cette dernière permet de réduire le personnel impliqué dans l'inspection manuelle/visuelle pour des défis de contrôle de la qualité comme :  les têtes de clou qui dépassent et la profondeur de ceux-ci, la position des clous, la dimension des panneaux et leur intégrité, l’équerrage des palettes, et la lisibilité du marquage IPPC.  Maintenant que ce type de technologie est disponible pour la nouvelle fabrication de palettes, elle pointe vers des outils encore meilleurs pour gérer la qualité des palettes dans l’avenir. 
  • Partout dans le monde, de nouveaux défis apparaissent constamment avec des interprétations différentes de la NIMP-15 et nous devons travailler ensemble pour assurer que les règlements soient conformes aux normes de la NIMP-15 et comment elle est appliquée dans le monde entier. 

Nous respectons l’environnement et nous sommes un secteur de l'industrie durable.

Industrie des emballages en bois : enjeux et initiatives

Que se passe-t-il dans le marché mondial des palettes ?

Brian Isard
le 1 novembre, 2015

Des fabricants de palettes et de conteneurs du monde entier ont assisté à la 66e conférence de la FEFPEB 2015 le mois dernier, qui a été accueillie par la Timber Packaging and Pallet Confederation (TIMCON). Nous avons eu l'occasion de s'entretenir avec des associations représentant l'Asie, l'Afrique du Sud, l’Europe, le Royaume-Uni, l'Australie et les États-Unis.  Il est encourageant de voir tant d'entreprises se réunir pour travailler ensemble et faire preuve de leadership face aux questions face auxquelles sont confrontées nos industries.

Nous avons abordé le sujet des tendances suivantes qui affectent à notre industrie et les domaines dans lesquels nous devons travailler ensemble pour protéger nos marchés.

  • L'industrie des produits forestiers a fait un travail remarquable du côté de la durabilité, si bien que les gens associent désormais le bois avec une ressource renouvelable. La majeur partie du bois récolté et utilisé dans notre industrie est issu de forêts certifiées FSC ou PERC.  Cependant, l'industrie de l'emballage en bois doit s’aligner plus étroitement avec ce que le secteur des produits forestiers a accompli. En tant qu'industrie, nous devons en faire davantage pour améliorer notre image auprès de la reconnaissance publique de notre contribution précieuse à la recyclabilité, au stockage de carbone, et de notre faible consommation d'énergie.  Voilà le défi sur lequel l'Europe travaille avec leur Emballage par Nature, ainsi que l'Amérique du Nord avec la campagne Emballage écologique.
  • Notre secteur d’industrie, comme beaucoup d'autres, se trouve de plus en plus réglementé.  Un domaine qui préoccupe beaucoup dans notre industrie est la nouvelle réglementation sur l'emballage qui est en contact direct avec les aliments.  Les concurrents de matériaux alternatifs aiment décrire le bois comme étant plus difficile à nettoyer et à désinfecter que d'autres matériaux.  Notre industrie a besoin d'une plate-forme pour les questions concernant l'utilisation et les propriétés hygiéniques du bois.  SEIL, l'association qui représente les emballages légers en Europe, a publié une étude menée sur quatre ans et fondée sur des preuves appelée ‹‹ Bois en contact avec les aliments :  : une approche scientifique ››, qui démontre que le bois a de bonnes propriétés hygiéniques.  Une bonne qualité de fabrication, une bonne manipulation, et des traitements d’assainissement adéquats font sans aucun doute du bois un matériau approprié pour la plupart des pratiques dans les industries alimentaires.
  • Un deuxième domaine de plus en plus réglementé, à la fois en Europe et en Amérique du Nord, est le celui qu’on appelle « l’économie circulaire ».  Alors que notre économie est basée sur une approche « prenez -produisez-consommez et disposez » qui suppose que les ressources sont abondantes, disponibles, et peu couteuses à éliminer.   Dans une «économie plus circulaire», cela signifie « réutiliser, réparer, remettre à neuf et recycler », car toutes les ressources doivent être gérées plus efficacement. Le fait saillant qui nous a été démontré était que l'industrie des plastiques est en mesure de recycler seulement environ 25% de ses déchets, alors que l'industrie de l'emballage en bois frôle le 100%.  Pourtant, les palettes et les conteneurs en plastique sont en quelque sorte considérés comme étant plus écologiques.  Notre industrie a un problème d'image que nous travaillons fort à résoudre.
  • Les marchés mondiaux signalent une forte croissance dans le secteur du recyclage des palettes suite aux opérations des organisations qui fournissent la logistique autour du tri des palettes, de la récupération, du retour et de la réinstallation. Il y avait beaucoup de débats quant à savoir si en tant qu'industrie, nous pouvions échapper à l’emprise des mots ‹‹ palettes à usage unique ››, qui ne reflètent pas du tout le fait que la palette est recyclée après la première utilisation, pour les remplacer par ‹‹ palettes construites à cet effet ››.
  • La disponibilité du bois, qui est la pierre angulaire de notre capacité de fabrication, est en bonne provision sur les marchés mondiaux. Il y avait un grand accord qu’en tant qu’industrie, il est de notre devoir d’appuyer la gestion durable des forêts et les activités de reboisement.  Pouvons-nous imaginer ce qui arriverait à notre industrie si mondialement, nous ne pouvons pas compter sur des forêts saines ?
  • L’inspection manuelle/visuelle a longtemps été l'approche standard pour identifier les palettes de mauvaise qualité.  La recherche et le développement faits par les fabricants européens d'équipement a mené à l'introduction de la nouvelle technologie de balayage.  Cette dernière permet de réduire le personnel impliqué dans l'inspection manuelle/visuelle pour des défis de contrôle de la qualité comme :  les têtes de clou qui dépassent et la profondeur de ceux-ci, la position des clous, la dimension des panneaux et leur intégrité, l’équerrage des palettes, et la lisibilité du marquage IPPC.  Maintenant que ce type de technologie est disponible pour la nouvelle fabrication de palettes, elle pointe vers des outils encore meilleurs pour gérer la qualité des palettes dans l’avenir. 
  • Partout dans le monde, de nouveaux défis apparaissent constamment avec des interprétations différentes de la NIMP-15 et nous devons travailler ensemble pour assurer que les règlements soient conformes aux normes de la NIMP-15 et comment elle est appliquée dans le monde entier. 

Nous respectons l’environnement et nous sommes un secteur de l'industrie durable.

PO Box 280 ,Carleton Place, ON, K7C 3P4
T. 613.521.6468 ou 1.877.224.3555 F. 613.521.1835 ou 866.375.1835
info@canadianpallets.com
© Copyright 2018 CWPCA ACPCB. Tous droits réservés.
Conception Web par Adeo

Demande d'application du programme HT

Vos informations
Compagnie:
*Nom:
*Courriel:
*Téléphone:
Commententaires / Questions: