Tendance à surveiller : Protection des végétaux et commerce sécuritaire

1 novembre 2016

Brian Isard

C’était une première pour notre industrie de recevoir une invitation à la rencontre annuelle de l'Organisation nord-américaine pour la protection des plantes (NAPPO) qui se déroulait à Montréal la semaine dernière où nous nous sommes joint à l’Agence canadienne d’inspection des aliments pour leur présentation sur les organisations de diversification des modes de prestation. Nous avons aussi eu la chance d'avoir une consultation avec le groupe d’experts NAPPO sur leur nouvelle norme intitulée :  A Systems Approach To Managing Pest Risks With the Movement of Wood. 

Nous avons appris que, en vertu de la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV) et de l’accord de libre-échange nord-américain, elles fonctionnent comme la protection phytosanitaire régionale pour l’Amérique du Nord, ce qui comprend les États-Unis, le Canada et le Mexique.  C’est là où les organismes gouvernementaux responsables de la protection des végétaux dans chaque pays, le département de l'Agriculture des États-Unis, l'APHIS, l’ACIA et SENASICA, travaillent à l’élaboration de normes phytosanitaires et de nouvelles approches réglementaires les problèmes de santé des plantes de l’Amérique du Nord.

Globalement, les objectifs stratégiques de NAPPO sont les suivants :

  • protéger les ressources végétales nord-américaines, y compris les écosystèmes naturels, face à l’introduction et la propagation de phytoravageurs réglementés ; 
  • harmoniser les activités de protection des plantes destinées à faciliter le commerce sécuritaire ; 
  • promouvoir et maintenir la recherche scientifique et technique sur les activités de protection des végétaux ;
  • contribuer au leadership dans la communauté internationale phytosanitaire, et ;
  • maintenir un engagement actif de l’industrie dans les activités de NAPPO.

Une grande part de l'industrie participait à la réunion, représentant des cultures diverses de plantes comme la pomme de terre, les graines, les céréales, les agrumes, les fruits frais, les produits horticoles et forestiers des trois pays. La plupart de ces groupes industriels participent aux rencontres de NAPPO depuis quarante ans, mais c’était la première fois pour l’industrie de l’emballage en bois. En parlant aux groupes de l’industrie, ils m’ont dit qu’ils ont assisté à la réunion avec un point de vue particulier à l’esprit... voir ce qui est « sur la table » en ce qui concerne les questions de santé des végétaux et ce qui est susceptible de devenir un problème auquel leur industrie devra faire face dans les années à venir.  

L’ordre du jour de la séance a été instructif et si vous voulez y jeter un coup d'œil, le voici :   http://nappo.org/english/nappo_annual_meeting/httpnappoorgfiles381456124988agendapdf/

Nous avons eu l’occasion d’entendre parler les plus hauts dirigeants du personnel gouvernemental de la santé végétale des trois pays sur l'orientation des nouveaux règlements.  Ce forum est là où les règlements qui auront une incidence sur le contrôle phytosanitaires des produits végétaux, y compris les emballages en bois, sont développés.  Notre présence à cette réunion s’est révélée positive pour notre association et ses membres car les changements de politique qui sont envisagées par les experts de la santé des plantes auront en fait un impact significatif sur les industries de la foresterie et des emballages en bois. Bien que nous ne soyons pas en mesure de mettre un terme ou de modifier de manière significative ces politiques, notre voix nous permettra certainement d’avoir une incidence sur la façon dont les fondements de la politique sont construits en ce qui concerne notre industrie. 

Nous étions là pour exprimer nos préoccupations sur les critères et les modèles de gestion des risques servant à évaluer les infestations potentielles de ravageurs sur le bois préalablement traité avec l’appui des scientifiques.

Nous avons également entendu que :

  • Des spécialistes de la gestion antiparasitaire ont identifié 300 insectes foreurs du bois outre-mer qui sont susceptibles de menacer nos usines nationales desquels nous devons nous protéger à nos frontières.  Environ un parasite sur cent a un « fort impact » et il y a une forte anticipation qu’un autre perce-bois ayant un fort impact fasse son apparition aux États-Unis au cours des dix prochaines années.  Il est important de noter que les coûts d’assainissement associées à ces parasites à fort impact sont assumés par les municipalités et les propriétaires fonciers privés, et les effets plus perceptibles sont dans la canopée urbaine.  Pour cette raison, garder le profil d’emballage en bois positif est essentiel, comme le maintient des niveaux élevés de participation aux programmes de la NIMP-15.
  • L'agrile du frêne est communément reconnu comme étant un ravageur à fort impact, et les coûts pour les efforts d’éradication grimpent rapidement à mesure que les municipalités, les États et les gouvernements provinciaux travaillent à contrôler la propagation de l’agrile du frêne à travers les forêts d’Amérique du Nord.  Atténuer les menaces parasitaires associées à la fois aux emballages en bois et au bois de chauffage demeure une grande priorité pour les autorités de protection des végétaux. 
  • De nouvelles études d’impact financier menées par les écologistes à l’Université McGill pointent vers les normes internationales pour les mesures phytosanitaires N° 15 (NIMP 15), les désignant comme le moyen le plus efficace de gérer la hausse des coûts de gestion antiparasitaire.

La pierre angulaire du commerce sécuritaire des emballages en bois continuera d’être la NIMP 15 et des mesures sont prises pour renforcer son fonctionnement en Amérique du Nord.  En tant qu'association de l’industrie, nous bénéficions de la participation dans ces réunions et organisations de haut niveau qui ont un impact significatif sur le fonctionnement de notre industrie aujourd'hui et dans les années à venir. Les observations finales de la dernière présentation étaient tout à fait poignantes et je pense qu'elles reflètent les points de vue des scientifiques et des décideurs.  « LE COMMERCE SÉCURITAIRE NE SE FAIT PAS DE LUI-MÊME ». Nous devons y penser alors que nous tentons de donner une image positive de l’emballage en bois et que nous faisons la promotion des qualités de nos produits.

PO Box 280 ,Carleton Place, ON, K7C 3P4
T. 613.521.6468 ou 1.877.224.3555 F. 613.521.1835 ou 866.375.1835
info@canadianpallets.com
© Copyright 2018 CWPCA ACPCB. Tous droits réservés.
Conception Web par Adeo

Demande d'application du programme HT

Vos informations
Compagnie:
*Nom:
*Courriel:
*Téléphone:
Commententaires / Questions: